Comment lancer un pôle de solidarité en doyenné

lundi 17 février 2014
par  Pôle diocésain de solidarités

 

Qu’est ce qu’un POLE DE SOLIDARITE DE DOYENNE ?
 
  

 
Rappel d’une des orientations diocésaines du 11 novembre 2009 
 
 
« Création dans chaque doyenné d’un « pôle solidarité » réunissant, entre autres,
des personnes investies dans des mouvements et associations de solidarité, les services évangéliques des malades, des professionnels des questions sociales, etc.
Un tel pôle permettra :
 - de recenser et d’analyser les pauvretés locales,
 - de partager des expériences vécues sur le terrain,
 - de sensibiliser et de motiver à l’engagement (en particulier celui des plus jeunes),
 - de susciter des idées d’actions (accueil-écoute, tables ouvertes, épiceries sociales, visites à domicile...) susceptibles d’aider les personnes touchées par la pauvreté, la solitude, la maladie... à se mettre debout et à sortir des impasses où elles se trouvent. »
 
 
Réflexions pour la mise en place de ce pôle.
 
Beaucoup de chrétiens sont engagés sur le terrain du social, de l’humanitaire, de la santé (bénévoles ou salariés). Leur engagement n’est pas toujours connu de la communauté paroissiale pourtant il concerne toute la communauté paroissiale.
Comment les amener à témoigner des pauvretés rencontrées et de ce qu’ils vivent avec les personnes pauvres en situation de précarité ou de fragilité ?
 
Comment la dimension de la solidarité est présente dans le projet pastoral du doyenné ?
 
Comment cette dimension est portée, réfléchie, organisée en lien avec les membres de l’EAP et l’équipe pastorale ?
 
Comment cette dimension est-elle vécue localement avec les mouvements et services d’Eglise, mais aussi avec les organisations non confessionnelles et les partenaires institutionnels ?
 

 
 
 
Repères
 
Un pôle solidarité n’est pas une « organisation caritative » de plus.
C’est un lieu de « veille »local.
Un pôle solidarité , c’est un groupe de chrétiens engagés dans des services caritatifs d’Eglise ou non confessionnels, qui vivent ou accompagnent des situations de détresse. Par « chrétiens engagés dans des services caritatifs d’Eglise », il faut entendre largement toutes celles et ceux qui ont à rencontrer des personnes en détresse ou en difficulté dans ces services : service évangélique des malades, accompagnement des familles en deuil, équipes de catéchèse et catéchuménat.....
Suivant les réalités locales , ce pôle peut avoir des objectifs différents :
 
 Recenser et analyser les pauvretés locales,
en s’aidant d’organismes locaux ( rapport INSEE, conseil économique, et social, Observatoire des inégalités, statistiques communales ou départementales., rapport d’activité des CCAS locaux et du Secours catholique...)
 
Partager des expériences vécues sur le terrain,
pour mutualiser les réponses aux pauvretés rencontrés, à l’urgence, aux situations lourdes, pour créer du partenariat
 
 Sensibiliser et de motiver à l’engagement (en particulier celui des plus jeunes)
– partir de témoignages concrets pour sensibiliser les communautés chrétiennes, permettre aux jeunes de s’investir dans des actions en leur donnant un sens.
- ouvrir (ou faire connaître) des lieux de relecture de vie à des chrétiens très actifs mais peu familiers de la relecture ou ne disposant pas d’ espace où l’effectuer
Susciter des idées d’actions (accueil-écoute, tables ouvertes, épiceries sociales, visites à domicile...) susceptibles d’aider les personnes touchées par la pauvreté, la solitude, la maladie... à se mettre debout et à sortir des impasses où elles se trouvent. »
Mettre en œuvre des initiatives favorisant le « vivre-ensemble », intergénérationnel, interculturel , où les personnes pauvres et fragiles ont leur place.
 
Chaque paroisse est invitée à participer à ce pôle de doyenné et à faire ce même travail de repérage et de sensibilisation.
 
 
Modalités concrètes – Organisation
 
  1. Privilégier le fonctionnement en réseau plutôt qu’en réunions plénières (deux par an environ). Le réseau a une dimension locale (qui est à l’écoute de tel ou tel quartier ? A l’écoute des agriculteurs en difficultés ?....) et une dimension transversale de compétence (qui connaît bien les problèmes des migrants, les difficultés d’intégration des familles venant de la ville vers le rural ?... les problèmes d’insertion professionnelle des jeunes, etc..... ?)
 
 2. Créer une  équipe (3 à 5 membres) de pôle de solidarité de doyenné afin d’ être plus efficace et de ne pas donner une responsabilité de plus au doyen ou à un laïc déjà surchargés......

Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2018

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois