Le pôle solidarités de la paroisse St Marc de Joué les Tours

mardi 31 août 2010
par  Yves Morel




Paroisse St Marc Joué les Tours 26/10/2009

 

PRESENTATION DU RESEAU SOLIDARITES

 

 

Ce réseau existe depuis deux ans environ ; il réunit les chrétiens de la Paroisse engagés dans des mouvements caritatifs, sociaux ou politiques en vue de contribuer à une plus grande solidarité entre les familles et populations de la commune de Joué les Tours.

Les réunions se font tous les six mois. Leur objectif est double :

  • faire l’état des solidarités vécues à Joué les Tours, repérer les problématiques et besoins nouveaux, réfléchir aux actions et solutions possibles, contribuer à les mettre en oeuvre

  • aider les participants à relire leurs engagements, vivifier leurs liens avec l’Eglise locale

A ce jour le réseau comprend des membres des organisations suivantes :

Secours catholique, CCFD, Conférence St Vincent de Paul, Emmaüs, Ordre de Malte, ACO, ACI, Chrétiens migrants, Confédération syndicale des familles, Entraide scolaire amicale, Agir, APSER, partis politiques

 

 

Etat des solidarités vécues :

Lors des deux dernières réunions, les personnes du réseau ont échangé sur trois catégories de personnes particulièrement en difficulté :

  • les jeunes en échec scolaire  ; les aides légales sont particulièrement insuffisantes pour les jeunes adultes (18 à 25 ans).

  • les familles monoparentales

  • les familles de sans-papiers

Les problèmes rencontrés par ces personnes sont multiples et cumulatifs : logement, emploi, scolarité, apprentissage du français, besoins en alimentation et vêtements....

Mais il y a aussi une face cachée de l’iceberg : les personnes âgées en manque de ressources, les familles sur endettées, les adultes clochardisés à domicile.

Dans la discussion de nombreux témoignages sont apportés sur la situation des sans papiers.

Voici quelques témoignages :

- «  La Confédération Syndicale des Familles (C.S.F.) mène une action importante au plan du logement pour en particulier défendre les intérêts des locataires vis à vis des bailleurs sociaux. Le manque de ressources des travailleurs pauvres est croissant ; nous avons donc nombre de demandes d’aides et travaillons beaucoup avec les partenaires travailleurs sociaux et avec les associations caritatives. »

- « Sur le quartier de la Rabière, la vie collective est de plus en plus difficile dans les tours ; les conflits de voisinage sont fréquents ; le rêve d’habiter un pavillon est prégnant. Par ailleurs, le visage de l’immigration change, avec de plus en plus d’Africains arrivant ici. L’essentiel pour moi chrétien est la rencontre de l’autre, les rencontres et le besoin vital de lien social pour toute personne. »

- « Je témoigne que des personnes sortant de prison préférent dormir de manière précaire, par exemple dehors sur une toile, plutôt que de vivre en collectif. ; je suis disponible pour faire dessiner des jeunes sortis de prison. »

- « Les actions personnelles (la rencontre), le travail des associations sont importants mais il ne faut pas oublier le niveau politique, en vue d’améliorer les structures sociales de notre société. Il est essentiel d’appeler un maximum de personnes à s’engager bénévolement dans l’action sociale. »

Actions engagées par des chrétiens jocondiens

Le nombre de bénévoles est en augmentation. Parmi eux le nombre de chrétiens non pratiquants est également en augmentation. Le recensement de toutes les actions et de tous les acteurs de la solidarité est en cours. Les associations traitent les cas urgents mais cela ne suffit pas.

Dans les discussions un temps important est réservé au problème de l’illétrisme, toujours très actuel, qui est très difficile à résoudre car il demande des compétences pédagogiques très particulières.

Par ailleurs de nombreux chrétiens sont engagés dans le projet d’épicerie sociale lancé par le CCAS de Joué avec l’appui de nombreuses associations. Par ce projet environ 50 familles seront aidées et suivies afin de réaliser leurs projets personnels.

 

Quel visage d’Eglise nous cherchons à montrer, au travers de nos engagements ?

L’Eglise est le signe et la sauvegarde du caractère transcendant de la personne humaine.... Il s’agit de féconder et de fermenter la société par l’Evangile (Gaudium et Spes).

Les questions amorcées sont les suivantes :

Avons nous le souci de tout l’homme, prenons nous en compte tous les besoins des personnes rencontrées, non seulement matériels mais aussi culturels, psychologiques, spirituels......?

Quelle est la dimension communautaire de notre engagement, sommes nous envoyés et soutenus ?

Les valeurs évangéliques sont elles confondues avec les valeurs mises en avant dans notre société ?

La formation sur la doctrine sociale de l’Eglise est indispensable mais est insuffisamment réalisée par nous.

La prière et la relecture en commun permettent de nous soutenir et de maintenir le lien avec l’ensemble de la communauté chrétienne. Mais cela n’est pas toujours possible pour celles et ceux qui sont isolés dans des associations laïques.

Les valeurs évangéliques sont parfois plus exigeantes que les valeurs universelles (exemple : aimer ses ennemis), allons nous alors jusqu’au bout de ce à quoi nous sommes appelés ?

 

En guise de conclusion :

Reconnaître notre propre transformation....

- Rappelons nous la parole de Jésus « donnez leur vous même à manger ! ». Et il est important aussi de réfléchir à cette question : « Qu’est ce que nous devenons, quand nous partageons ? ».

L’espérance toujours au coeur...... :

- « Au sein des nos équipes ACO, nous effectuons des révisions de vie et sommes ainsi amenées à réfléchir sur des situations de proches dans le divorce ou la perte d’emploi. Ce qui nous anime et nous fait vivre, c’est que nous avons toujours l’espérance au fond du coeur, quand bien même la situation sociale s’aggrave.  »

 

 


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois