Comment changer notre regard sur le handicap ?

mardi 11 octobre 2011

Le 7 octobre, à l’invitation de Foi et Lumière, Dominique Greiner, prêtre assomptionniste, rédacteur en chef de La Croix, a partagé ses réflexions sur le handicap devant une soixantaine de personnes, à la Maison diocésaine. En introduction, le très beau film de Nicolas FAVREAU tourné à L’Arche de Jean Vanier a beaucoup touché l’ auditoire.

 

L’épreuve des mots”

 

Quel titre émouvant pour ce film de l’Arche de Jean Vanier, avec les témoignages de personnes handicapées, les seules aptes à parler du handicap mental à travers leurs énormes difficultés d’expression.

En donnant leurs noms, leurs prénoms, la personne qui les interroge les reconnaît en tant que personne comme elle, comme nous.

Que peut-on comprendre de la vie handicapée parmi nous ?

En tant que prêtre, nous dit Dominique Greiner, le conférencier, on risque de s’enfermer dans un discours de consolation assez facile. En réalité, qu’est ce que le handicap a à dire à l’Eglise ? Chacun, chacune, se doit d’accepter une remise en cause profonde de son regard sur le handicap.

Que se passe-t-il quand nous rencontrons une personne “différente” ? :

- un refus de la voir

    - un recul instinctif

    - une fuite...

    On entend souvent “quand on a un enfant handicapé, on ne devrait pas le sortir dans la rue, mais on devrait le cacher” !

    En fait le rejet de la personne handicapée, c’est un malaise qui s’exprime parce qu’elle a quelque chose de commun avec moi. Elle me reste proche. Ses blessures physiques, psychiques me bouleversent.

    Quand on parle du handicap, c’est abstrait, mais quand on parle de la personne handicapée, cela nous remet en question à tous les niveaux : sociaux, culturels, spirituels...

    Le handicap vu comme une injustice : “pourquoi moi, pourquoi mon enfant ?” On a besoin de trouver une cause, une explication, alors qu’il n’y en a aucune.

  • Dans l’Evangile de Jean, Chapitre 9, (parabole de l’aveugle-né) : cet aveugle-né est là et c’est l’occasion pour Jésus de révéler Dieu au coeur de l’humanité fragile. C’est le chemin qu’il nous trace à travers la souffrance de la Croix vers la victoire sur le Mal et le péché. Jésus crucifié devient la personne handicapée. Il embrasse la faiblesse humaine. En devenant “Dieu handicapé”, il montre qu’il vient pour les hommes et les femmes vulnérables que nous sommes.

    Nous devons refuser l’exclusion. Nous avons besoin les uns des autres. Comment manifester que nous sommes frères et soeurs dans l’Esprit ?

Au chapitre 21 du Lévitique, le prêtre lui-même exclut les malades, les tarés...Qu’est-ce que cela veut dire ? Ce sont les frontières de la communauté d’Israël. Or Jésus va dépasser les frontières en les redéfinissant.

Toute communauté chrétienne a pour centre le corps brisé de Jésus sur la Croix. Elle a besoin de tous ses membres pour constituer son Corps.

On ne peut célébrer l’Eucharistie si on ne la partage pas avec la personne handicapée.

Celle-ci nous interroge sur notre façon d’habiter le monde.Elle nous révèle des choses sur nous-mêmes et sur la relation que Dieu noue avec nous.

Comment donnons-nous une chance à la personne handicapée dans nos communautés pour qu’elle puisse rencontrer en vérité des personnes qui ne le sont pas ?

A l’Arche, chaque personne est accueillie avec ce qu’elle est, ce qu’elle a. C’est un lieu où elle peut développer de vraies relations d’Amitié, même si c’est parfois difficile. Elle contribue à nous sauver en nous libérant de nos auto-suffisances. Dès lors, le handicap devient chance car il nous oblige à en tirer toutes les conséquences et les richesses.

Témoignage de E. C.


Commentaires

Logo de Quittrie
dimanche 23 mars 2014 à 18h39 - par  Quittrie

Voici un témoignage de Quittrie, étudiante, suite à un week-end passé avec de jeunes handicapés :
Rencontrer Camille, Céline, Alexis, Edouard et Martin fût comme un rayon de soleil, car ils sont remplis de Joie et d’affection, avec une simplicité qu’on trouve difficilement. C’est incroyable comme je me suis attachée à eux en deux jours, parce qu’une fois qu’on a croisé un de leur sourire et un regard, alors on ne peut plus s’en détacher, tout comme le rire d’Edouard est capable d’entraîner un fou rire à tout le groupe.
C’est dans ce moment qu’on se rend compte qu’on reçoit d’eux encore plus que ce qu’on leur donne, et qu’on devrait prendre la vie plus simplement parfois, en sachant apprécier toutes les petites choses de nos journées pour les rendre encore plus belles, et avec ce sourire que nous avons pu découvrir ce week-end et que je n’oublierai pas. Alors, pour toute l’affection que nous avons reçu pendant ces deux jours, merci !!

Quittrie

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois