Le parrainage républicain

jeudi 3 février 2011
par  Yves Morel

 
DE QUOI S’AGIT-IL ? :
 

 

Le baptême civil (ou républicain) est destiné à faire entrer l’enfant dans la communauté républicaine et à le faire adhérer de manière symbolique aux valeurs républicaines. Historiquement, la notion de baptême républicain remonte au décret du 20 prairial, an II (8 juin 1794) qui a décidé que les municipalités seraient les seules institutions habilitées à établir les actes de l’état civil. Néanmoins, le baptême républicain n’est prévu par aucun texte législatif. Les maires ne sont donc pas tenus de le célébrer et il n’y a pas de cérémonial préétabli.
Par ailleurs, ne s’agissant pas d’un acte d’état civil, le maire n’est pas autorisé à l’inscrire sur les registres de l’état civil. Ainsi, rien n’oblige l’officier d’état civil à recevoir une déclaration de "baptême" ou de "parrainage civil". Cela ne lui est pas interdit non plus mais les certificats ou documents qu’il délivre pour l’occasion, ainsi que la tenue d’un registre officieux, ne présentent aucune valeur juridique.
En résumé, l’engagement que prennent les parrains et marraines de suppléer les parents en cas de défaillance ou de disparition n’a qu’une valeur morale.
 

 UTILITE :

 
Le parrainage républicain peut permettre à des citoyens français de soutenir et assister des enfants ou jeunes adultes en difficulté, en particulier lorsqu’ils sont en situation irrégulière en France. Il peut faire reconnaître et encourager leurs efforts d’intégration dans la société française.
En Touraine quelques maires, dont ceux de Tours et Joué les Tours acceptent de célébrer ce parrainage.

 

 EXEMPLE :

 

Voici un bref compte-rendu du parrainage républicain effectué le 22 janvier dernier à la Mairie de Joué les Tours :Une cérémonie tout à la fois émouvante et chaleureuse, présidée par M. F. GERARD, Premier Adjoint au Maire, a rassemblé ce samedi 22 janvier, une cinquantaine de citoyens à l’Hôtel de ville de Joué-lès-Tours, pour le parrainage républicain de deux enfants et deux étudiants, tous quatre d’origine arménienne.Autour de Rudik et Sophie EREMYAN, élèves de l’école maternelle Mignonne, et de Edgar et Nvard AVRAMIAN, étudiants, étaient rassemblés des enseignants, des parents, des voisins, des amis et quelques militants. Tous entendaient manifester leur attachement à ces quatre jeunes et à leur famille. 
Les prises de paroles ont rappelé le sens de cette cérémonie, née avec la République ; elles ont célébré une France qui a su se montrer accueillante pour nos pères fuyant le génocide organisé en Turquie en 1915 et qui ne saurait se renier aujourd’hui en rejetant nos frères victimes à leur tour de persécutions.
Les intervenants ont insisté sur l’intégration des familles parrainées à travers leurs enfants ainsi que sur l’importance des études dans cette intégration. Ils ont souhaité qu’ à cette fin, Edgar et Nvard obtiennent les indispensables titres de séjour étudiants et que l’Obligation de Quitter le Territoire Français (O.Q.T.F.) prise à l’encontre d’Edgar soit levée.
L’émotion a été à son comble quand des participants ont chanté la chanson de Charles Aznavour, « L’émigrant » : Il traverse des murs de haine / Des gouffres d’incompréhension / A chaque nouvelle frontière / Espérant enfin se fixer …. Mais pour écouter sa misère / Le ciel un jour le fait tomber / Les bras en croix, face contre terre / Pour embrasser la liberté.
 
 

 


 


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois